L'école

Actualités

Témoignage collectif du groupe Handicap Tutorat Phocéen (HTTP)

Publié le 25 juin 2022

À travers son Labo sociétal, Centrale Marseille agit pour l’inclusion. Son programme Handicap TuTorat Phocéen, labellisé Cordées de la réussite, vise à favoriser l’accès à l’enseignement supérieur des personnes atteintes de troubles d’apprentissage, du spectre autistique ou de déficiences. 

Chaque année, de futurs ingénieurs centraliens se portent volontaires pour mener cette mission à bien, après une formation adaptée. Pour incarner leur collectif, les élèves ont souhaité s’exprimer d’une seule voix pour partager leur expérience, forte en émotions !

Pourquoi avoir choisi de vous engager ?

À notre arrivée à Centrale Marseille, l’une des premières choses que l’on découvre, en même temps que les bâtiments, c’est l’association étudiante Échanges Phocéens. Après deux années de classes préparatoires, nous avons éprouvé un vrai désir d’engagement. Nous avons donc intégré Échanges phocéens pour plusieurs raisons. Créer du lien et échanger avec des jeunes est une expérience extrêmement enrichissante et gratifiante. Si, en plus, nous pouvons leur apporter quelque chose de bénéfique, c’est parfait.

Faire des études supérieures est un privilège. Après toute l’aide que nous avons reçue pour mener à bien nos études, nous ressentons un sentiment de redevabilité et le désir d’aider à notre tour d’autres personnes qui en ont besoin. L’égalité des chances, dans sa globalité, nous tient à cœur ; au moment d’aborder le sujet, le handicap est sous-représenté. 

De plus, cette expérience est nouvelle pour nous. La vivre est une façon de se challenger sur une question sociale. On se sent au départ illégitime pour aider des personnes aux trajectoires différentes des nôtres, puis nous prenons la mesure de tout ce que nous avons à leur apporter.

Certains, parmi nous, ont une sensibilité personnelle à la thématique du handicap et une soif de comprendre les problématiques associées. 

Nous consacrons du temps à des jeunes gens qui ont des typologies de handicap différentes et des besoins spécifiques ; nous leur montrons que nous nous intéressons à eux.

Le programme HTTP prévoit plusieurs sorties, ici, au Mucem, le 7 mai 2022.  

Quelles sont vos missions ?

En tant que tuteurs d’Handicap TuTorat Phocéen (HTTP de son petit nom), notre objectif est similaire à celui des autres tuteurs de l’association centralienne Échanges Phocéens : animer, une fois par semaine, des séances d’ouverture culturelle à destination d’un jeune public et leur donner un espace pour apprendre, s’exprimer, se développer. 

Pour chaque séance, nous sélectionnons un thème, préparons un plan d’animation et planifions des activités.

Les responsables du pôle HTTP organisent des sorties, mettent en place des projets pour développer l’activité et recruter de nouveaux tutorés. Tout se coordonne au sein du Bureau de l’association et en collaboration étroite avec le Labo sociétal qui porte les projets. 

Vous donnez beaucoup, mais vous recevez aussi énormément. Quels profits avez-vous tirés de cet engagement ?

D’un point de vue strictement pratique, animer des séances hebdomadaires nous apprend à nous exprimer avec clarté devant un public, être synthétique, mais aussi se montrer créatif et improviser.

On développe aussi une capacité d’écoute. Nous cherchons à comprendre ce qui plaît à nos tutorés, quels sont leurs besoins, leurs difficultés. Nous adaptons les séances en conséquence. Nous avons à cœur qu’ils se sentent bien et qu’ils tirent de ces moments un maximum de bénéfices.

Avec le recul, nous réalisons que nous avons beaucoup appris sur le handicap. Le tutorat nous a permis de rencontrer des jeunes en situation de handicap, mais aussi leurs parents, toujours très proches de leurs enfants et qui partagent volontiers leurs avis sur le tutorat. On découvre des vies, des situations particulières, des ressentis... et on crève un peu la bulle de préjugés que nous nous étions construit sur le handicap. 

Fin janvier, avec le changement de mandats, les équipes se renouvellent, mais l'énergie reste la même !

Vous avez été à l'initiative d’une conférence thématique qui s’est tenue au sein de l’École. Pourquoi ?

Cette conférence a été organisée dans le cadre de la semaine nationale des Cordées de la réussite. Nous tenions à faire évoluer les représentations sur le handicap. À notre sens, on en entend trop peu parler. On finit par s’en faire une accumulation de préjugés sans savoir qui est concerné, pourquoi, comment, etc.

Des souvenirs ou anecdotes ?

Les familles des élèves tutorés nous sont très reconnaissantes, cela nous touche beaucoup. Nous discutions avec elles chaque semaine lorsqu’elles venaient récupérer leurs enfants. Nous avions ainsi un retour direct sur notre travail. Certaines nous ont même offert des cadeaux ! Nous prenons alors vraiment conscience que ce que nous faisons est utile et apporte quelque chose à ces collégien.ne.s et lycéen.ne.s.