L'école

Actualités

Le cursus Centrale Digital Lab porté par le Groupe des Ecoles Centrale, lauréat de l’appel à projets Disrupt’ Campus

Publié le 28 juin 2017

Après 3 ans d’expérimentation couronnée de succès à CentraleSupélec et Centrale Lyon, le Groupe des Écoles Centrale lance à l’échelle nationale un cursus inédit, visant à former les jeunes ingénieurs à la fois aux technologies disruptives, à l’Intelligence Artificielle, aux approches collaboratives de conception et de développement de produits et services à l’ère digitale et aux modèles entrepreneuriaux émergeants. Ce cursus national est lauréat de l’appel à projets Disrupt’ Campus et bénéficie d’un financement total d’1,58 M€.

 

Porté par les cinq établissements du Groupe des Écoles Centrale, le projet Centrale Digital Lab est l’un des sept lauréats de l’appel à projets Disrupt’ Campus lancé dans le cadre du PIA 3 (Programme Investissements d’Avenir) et bénéficie à ce titre d’une dotation de 1,58 M€ qui sera versée par BPIFrance. L’objectif de ce cursus innovant est de faire travailler les étudiants sur la création de produits et services numériques pour des entreprises et organisations aux profils très divers (grands groupes, ETI, PME, start-ups, entreprises sociales et solidaires, collectivités territoriales, associations, services publics et para-publics etc.) et qui s’adressent à des cibles variées (consommateurs, clients professionnels, citoyens, etc.).

Ce cursus d’un an est destiné aux élèves ingénieurs et étudiants de niveau M1 en ingénierie, issus des écoles du groupe, de l’université ou d’autres écoles d’ingénieurs. Il vise à les former aux pratiques du Design Thinking, du Lean Startup, de l’expérience utilisateur et de l’économie numérique. Il se distingue également par son module dédié à l’intelligence artificielle et à ses applications concrètes, répondant ainsi à un fort enjeu de formation en lien avec la stratégie nationale sur l’IA lancée en janvier dernier.

Concrètement :

• Les élèves ingénieurs et étudiants travailleront en équipes pluridisciplinaires sur des projets réels, par périodes de 7 semaines.
• Ils expérimenteront les approches et méthodes pédagogiques de demain : ressources en ligne et SPOCs, plateforme de collaboration et de réseaux sociaux privatifs, cours en visioconférence multisites et utilisation de robots de téléprésence, etc.
• Ils dépasseront le champ habituel de leurs formations et seront confrontés à d’autres univers – design, etc. 
• Ils seront suivis et encadrés par des responsables scientifiques des cinq Écoles Centrale.

Piloté par CentraleSupélec en tant que chef de file, le déploiement du cursus Centrale Digital Lab interviendra en 2 phases :

→  Une première phase d’environ 6 mois, comprenant notamment la mise en place de la gouvernance, les premières expérimentations avec 24 élèves issus essentiellement de CentraleSupélec et Centrale Lyon travaillant sur 6 projets start-ups et 6 projets grandes-entreprises/ETI, la création d’un site web et d’un réseau social dédiés, les premières itérations sur le cours d’IA…

→ Une seconde phase avec la montée en puissance des effectifs en incluant les élèves des cinq écoles, la mutualisation d’une partie des cours entre les cinq campus, la finalisation des modules dispensés, etc.

A propos de l’appel à projets Disrupt’ campus

L’appel à projets Disrupt’ Campus vise à sélectionner des cursus de formation à l’entrepreneuriat et à l’innovation numérique en mode « startup », portés par un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur (possiblement en association avec un partenaire privé) et associant étroitement des entreprises engagées dans des démarches de transformation numérique.

Les Disrupt’ Campus doivent former les étudiants à l’entrepreneuriat et à la nouvelle économie du numérique, notamment à ses nouveaux modes d’innovation et modèles économiques. Durant leur formation, les élèves doivent participer à un ou plusieurs projets. Pour chacun d’eux, une équipe mixte est constituée associant étudiants et salariés de l’entreprise.

Ces projets doivent cibler une problématique réelle de l’entreprise, proposer une solution innovante, si possible en rupture, permise par le numérique au sens large, qu’il s’agisse de technologie, de processus, de procédé, de méthodologie, d’expérience, de modèle économique, etc.