Open the menu

Close the menu

L'école

News

L’Ecole Centrale Casablanca célèbre la remise des diplômes de sa première promotion d’ingénieurs

Published on 05 December 2018

L’Ecole centrale Casablanca a organisé sa première cérémonie de remise des diplômes ce samedi 1er décembre 2018. Autorités, partenaires institutionnels, professionnels, corps enseignant, parents, familles, et élèves des nouvelles promotions, ont marqué par leur présence leur attachement à l’Ecole centrale de Casablanca. Mais davantage qu’une simple reconnaissance des compétences estudiantines des nouveaux ingénieurs centraliens, l‘événement a aussi et surtout confirmé la réussite du projet de l’Ecole Centrale Casablanca au Maroc.

 

L’aboutissement et la concrétisation du projet pédagogique de l’Ecole

Les lauréats de la toute première promotion de l’Ecole centrale de Casablanca, premiers centraliens diplômés du campus de Casablanca, représentent l’aboutissement et la concrétisation du projet pédagogique de l’Ecole. L’événement, vecteur de messages forts et d’une puissante symbolique pour l’avenir du Maroc et de l’Afrique, a réuni de nombreuses personnalités dont M. Moulay Hafid Elalamy, Ministre de l'Industrie, de l'Investissement, du Commerce et de l'Economie Numérique, M. Jean-François Girault, Ambassadeur de France au Maroc, MM. Mohamed Aboussalah et Youssef El Bari Secrétaires Généraux des Ministères de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique et du MCIEN, M. Romain Soubeyran, Directeur Général de CentraleSupélec, M. Gérard Creuzet Délégué Général du Groupe des Ecoles Centrale, M. Saad Bendidi, Chairman & Partner de Mediterrania Capital Partners, M. Mohamed Fikrat, Président Directeur Général de Cosumar, M. Mustapha Metaich, Président de l'Association des Anciens Centraliens Supelec et M. Joël Rousseau, Président du groupe NGE et parrain de cette 1ère promotion.

Constituer une grande école généraliste marocaine et africaine de référence

« Nous sommes particulièrement heureux de remettre leurs diplômes aux tous premiers ingénieurs de l’ECC et les remercions d’avoir eu un parcours aussi exemplaire », a déclaré Ghita Lahlou, Directrice de l’Ecole Centrale Casablanca lors de son mot d’ouverture. « Cette consécration est d’autant plus importante que l’Afrique, un continent à potentiel exceptionnel dans le monde, ne peut plus continuer de se développer en s’appuyant sur les anciens modèles de développement Nord-Sud, des aides caritatives, des financements de la dette souveraine. Les deux leviers que nous estimons être absolument fondamentaux face à ces nouveaux enjeux sont la technologie [...] et l’entreprenariat. Ce ne sera en effet ni les Etats ni les grandes entreprises qui emploieront a majorité des 1,2 milliards d’actifs dans les 30 ans à venir. Ces potentialités représentent une extraordinaire opportunité pour les centraliennes et les centraliens. Notre mission, notre raison d’être à l’Ecole Centrale Casablanca est de constituer une grande école généraliste marocaine et africaine de référence, adaptée à nos spécificités régionales, tout en continuant à nous inspirer de l’ADN centralien deux fois centenaire. Nous continuerons de porter les valeurs fondamentales de rigueur scientifique, d’excellence technique, d’expertise technologique, de forte capacité de travail, tout en les accompagnant par les compétences distinctives du 21ème siècle, à savoir la capacité d’innover, la créativité, l’ouverture sur le monde, l’esprit d’entreprenariat... Mais avant tout, nous nous devons d’aider nos élèves à s’élever, et devenir des adultes responsables porteurs de sens, d’éthique et de valeurs humanistes que nous défendons tous. C’est là la voie d’un développement durable, équitable et inclusif ».

 

Esprit d’excellence et ambitions internationales

M. Jean-François Girault, Ambassadeur de France au Maroc, a profité de la cérémonie pour souligner l’importance de ce type de projet dans l’établissement de liens solides et fructueux entre le Maroc et la France : « L’Ecole Centrale Casablanca est une des illustrations les plus remarquables de notre partenariat d’exception. [...]L’ouverture, c’est l’Afrique. Nous sommes aujourd’hui dans un monde où les frontières se referment, où les barrières s’élèvent, des protectionnismes sont décidés, où l’esprit unilatéral est en train de prendre le pas sur celui des échanges, sur celui du monde dont nous rêvions après la deuxième Guerre Mondiale. Quelques pays dont la France et le Maroc entendent combattre cette évolution du monde, plaider en faveur de cette ouverture que vous (les lauréats) symbolisez. L’Ecole Centrale Casablanca est profondément africaine [...] si j’ai un plaidoyer à faire devant vous, soyez les ambassadeurs de l’ouverture dans le monde et en particulier en direction de l’Afrique ». 

M. Romain Soubeyran, Directeur Général de CentraleSupélec, et M. Gérard Creuzet, Délégué Général du Groupe des Ecoles Centrale ont quant à eux réaffirmé la stratégie d’internationalisation de la marque Ecole Centrale, en parfaite corrélation avec les zones d’émergence de l’économie du futur telles que l’Inde, la Chine et l’Afrique. M. Romain Soubeyran a également apprécié le plein potentiel africain et global de l’Ecole Centrale Casablanca : « C’est ma conviction que le monde et l’Afrique n’ont jamais eu autant besoin d’ingénieurs que maintenant. Vous arrivez, jeunes diplômés, sur un marché de l’emploi qui me parait particulièrement propice. Le développement industriel et économique a toujours fait appel à des ingénieurs. Je pense que l’industrie marocaine et continentale a besoin de vous pour poursuivre son essor. A une échelle plus large, le monde économique est entré dans une révolution dont on ne mesure pas encore l’ampleur. Avec l’apparition de robots, d’objets connectés et d’intelligence artificielle, il n’y a plus beaucoup de domaines qui ne sont pas adossés aux compétences des ingénieurs. De nouveaux outils, de nouveaux domaines mais aussi de nouveaux défis pour les ingénieurs. Nous sommes dans un monde qui évolue beaucoup et vite. Nous faisons face à une multitude d’enjeux économiques et sociaux : épuisement des ressources, réchauffement climatique, pollutions de toutes sortes... nous constatons que notre mode de développement atteint ses limites et que nous devons imaginer une alternative. Et c’est là tout l’objectif de la formation centralienne qui est de préparer les centraliens à répondre à toutes ces exigences. C’est là votre objectif, à savoir transformer ces risques et inquiétudes en autant d’opportunités et de nouveaux référentiels utiles et pertinents pour l’avenir. ».

Centrale Marseille adresse tous ses voeux de réussite à ces jeunes diplômés qui incarnent désormais la dynamique centralienne au Maroc. Toutes nos Félicitations !